Arménie

En quelques chiffres

En 2020

0
de budget
0
appels téléphoniques de soutien à 49 parents et enfants des jardins d’enfants
0
appels d’accompagnement pour 9 éducatrices des jardins d’enfants
0
séances de groupe pour enfants inclusifs
0
séances au centre d’accueil Parents-enfants Le Petit Lapin pour un total de 45 enfants
0
appels de soutien à 6 familles
0
visites à domicile pour 6 familles
0
consultations individuelles effectuées dans les locaux de DSF

La République d’Arménie a été fondé suite à la chute de l’URSS le 23 septembre 1991. Elle est située dans la région montagneuse du Caucase, entre l’Asie et l’Europe. Elle compte de nos jours un peu plus de 3 millions d’habitants.

Résultat de recherche d'images pour

Le pays a pour objectif de renforcer l’accès et la qualité de son système éducatif afin de lutter contre l’absentéisme et la déscolarisation de nombreux enfants en difficulté dans le milieu scolaire dit « classique ». Pour cela, en 2017, l’Arménie a décidé de faire en sorte que toutes les structures scolaires arméniennes soient progressivement inclusives.

Ainsi, la formation du personnel éducatif ainsi que l’intégration d’équipe spécialisée composée de psychologue, orthophoniste, éducateur spécialisé, assistant social, c’est développé afin de répondre au besoin des structures d’accueil des enfants. Cette volonté d’intégration des enfants présentant un retard de développement a permis aussi mettre en avant les besoins de formation concernant certains troubles tels que sur l’autisme et sa prise en charge.

DSF et Neréni (ONG locale partenaire) qui interviennent ensemble depuis 2001 en Arménie, ont effectué depuis 2017, un certain nombre d’interventions répondant au besoin de formation spécifique et au besoin d’accompagnement enfants comportant des retards de développement.

En 2019, l’Arménie connaissait une dynamique économique extrêmement positive, portée par le gouvernement réformateur né de la « révolution de velours » d’avril 2018. Malgré, cela 30 % des Arméniens vivaient en dessous du seuil de pauvreté et 18 % de la population active était sans emploi.

En 2020, la situation économique et humanitaire de l’Arménie c’est fortement dégradé suite à l’épidémie de COVID-19 et au conflit au Haut-Karabakh, aggravant le problème de la pauvreté et par conséquent de la prise en charge des enfants entraînant de nouveau besoin.

Présente en Arménie depuis 2001, Douleurs Sans Frontières (DSF) a élaboré un projet qui répond aux besoins de renforcement du système éducatif pour favoriser le bon développement chez l’enfant et accompagner ceux qui présentent un trouble du développement ou un handicap. Notamment à travers des programmes de formation sur la prise en charge médico-psychosociale des enfants présentant des troubles du développement à destination des professionnels arméniens de l’enfance et de l’adolescence.


Programmes de protection maternelle et infantile

Entre 2004 et 2012, DSF a développé des programmes de protection maternelle et infantile pour le dépistage précoce d’enfants porteurs de handicaps. Par ailleurs, l’association a également animé des groupes de paroles pour femmes enceintes et jeunes mamans, et mis en place une structure de socialisation précoce combinée avec des outils de dépistage et de prévention.


Groupes de psychomotricité et de contes

Depuis une dizaine d’années, DSF organise des formations à l’animation de groupes de psychomotricité et de contes dans diverses structures (orphelinats, écoles, écoles spécialisées/inclusives, jardins d’enfants). L’association a également organisé des formations théoriques et des stages pratiques d’un trimestre à destination du personnel de tous les jardins d’enfants de Vanadzor sur le développement de l’enfant, l’animation de groupes d’éveil psychomoteur et de groupes de conte.

  • Poursuite de nos activités d’accompagnement, de formation, de sensibilisation. Notamment par l’accueil la poursuite de parents-enfants « Petit Lapin » et du travail d’accompagnement réalisé au sein des jardins d’enfants et nous souhaitons de développer l’activité au sein de nouvelles structures. De même, sous développer le système de classe inclusive dans d’autre structure.
  • Intégration de matériels technologiques pour faciliter l’apprentissage et l’accompagnement d’enfants porteurs de troubles.

NOS ACTUALITÉS

SEPTEMBRE 2021

Renforcement des capacités des acteurs de l’éducation inclusive

2 conférences de 3 heures chacune, retransmises par Zoom et animées par Isabelle Tanet-Mory, ont été organisées par la Préfecture de la Région de Lori en direction de tous les personnels des jardins d’enfants et écoles élémentaires de Vanadzor.
Sur invitation du Centre Arevamanuk, une autre conférence de 3h a été organisée en direction des psychologues, orthophonistes et éducateurs de Gyumri.

Avec pour sujet commun :

  • Les particularités cognitives et sensorielles des enfants porteurs de troubles du neurodéveloppement ;
  • La présentation du dispositif inclusif pilote(salle spécifiquement aménagée), et du travail qui y est effectué.

Plus de 150 personnes y ont assisté, en présentiel et à distance.

Soutien aux familles et accompagnement des professionnels des jardins d’enfants

En raison des difficultés liées à l’augmentation quotidienne du nombre de cas de Covid-19 et de la guerre avec l’Azerbaïdjan, les réfugiés, ainsi que la population locale, ont besoin d’un soutien psychologique. L’équipe de DSF Arménie continue de soutenir les familles de Vanadzor dans ce sens.
Des travaux sont en cours avec les enfants nécessitant une prise en charge dans le cadre de l’éducation inclusive, ainsi qu’une formation pour les professionnels de l’éducation locaux, au sein du lieu de socialisation “Le Petit Lapin”. Le travail avec les enfants et les professionnels des jardins d’enfants de Vanadzor se poursuit également.

Mai 2021

Éducation inclusive

Un groupe inclusif a été mis en place en dehors des jardins d’enfants depuis janvier 2021. En effet, les enfants porteurs de handicaps les plus lourds ne peuvent pas retourner à l’école car il n’y a pas assez de personnel pour s’occuper d’eux. Les équipes de DSF ont donc créé ce groupe inclusif afin de répondre aux demandes des parents dont les enfants restent à la maison.

Le Petit Lapin

Les activités du groupe d’accueil parents-enfants se poursuivent dans le nouveau local que l’association loue depuis quelques semaines pour continuer à recevoir les familles dans un environnement adéquat. Le Petit Lapin a dû adapter ses activités aux contraintes sanitaires en lien avec la Covid-19.

Janvier 2021

Une aide exceptionnelle de 5000 € est accordée par la Mairie de Bagneux pour soutenir les activités de DSF en Arménie.

partenaires

NOS ACTIVITÉS

ACCUEIL ET PRISE EN CHARGE DES PARENTS ET ENFANTS (STRUCTURE PETIT LAPIN)

La structure le « Petit Lapin », située à Vanadzor, est un espace d’accueil des parents avec leurs enfants de 0 à 4 ans.

DSF a mis en place ce dispositif en s’inspirant des principes de « la maison Verte » créée par la psychanalyste Françoise DOLTO. Les accueillantes sont disponibles pour écouter et répondre aux interrogations et inquiétudes des parents concernant le développement et le comportement de leur enfant.

C’est également un lieu de repérage précoce d’enfants ayant des difficultés (comme le déficit de l’attention, l’hyperactivité ou encore des troubles du spectre autistique). Il s’agit donc de prévenir des troubles du développement et du relationnel. Plusieurs thèmes sont ainsi abordés comme le sommeil, l’alimentation, le rapport avec les autres enfants et les adultes.

En 2021, la structure sera ouverte 3 demi-journées par semaine, pendant deux heures. Ces séances seront suivies de discussions post-groupe réalisées par les accueillantes de DSF qui sont formées à ce dispositif, mais également au dépistage éventuel d’enfants porteurs de troubles. Il n’y a pas d’inscription préalable, seuls le prénom et l’âge sont demandés à l’arrivée de l’enfant.

CLASSE INCLUSIVE

En 2018, le jardin d’enfant N°35 a aménagé une classe inclusive avec l’aide de DSF. Des enfants porteurs de handicaps (déficience intellectuelle, Trouble du Spectre autistique, Trouble déficitaire de l’Attention) ont été inscrits dans la classe correspondant à sa date de naissance. L’objectif était de les intégrer au maximum dans les classes normales, en leur proposant un dispositif spécifique qui permet leur intégration harmonieuse dans l’école, favorise leurs apprentissages et réduit leurs troubles du comportement.

Cette salle a une triple utilisation :

  1. L’enfant peut y trouver refuge et apaisement en cas de crise d’angoisse ou de trouble du comportement important.
  2. Il peut y bénéficier d’une pédagogie adaptée à ses difficultés de compréhension et de communication.
  3. Des séquences de prise en charge groupale avec tous les enfants inclusifs sont mises en place, idéalement à raison d’une heure par jour, avec des médiations spécifiques pour développer les capacités psychomotrices, l’intériorisation des liens logiques, la communication, la compréhension de la narration et les capacités d’apprentissage.

FORMATION ET SOUTIEN AUX JARDINS D'ENFANTS PARTENAIRES

Le jardin d’enfant N° 35, est devenu officiellement inclusif en septembre 2017. Durant, 2 ans des éducateurs spécialisés ont pu y être formés avec le soutien de DSF.

Dans les jardins d’enfants N° 24 et 30, notre équipe a soutenu l’animation des groupes conte et éveil dans ces deux jardins d’enfants chaque semaine. Une de nos psychologues animera une réunion de travail, de supervision de 2h avec l’équipe éducative, 1 fois par mois.

Toutes les activités conjointes de groupe dans les jardins d’enfants N° 19, 24 et 30 (fermeture des jardins d’enfants, mesures sanitaires…) ont été suspendues depuis le mois de mars 2019. Des échanges téléphoniques entre les psychologues de DSF, l’équipe des Jardins d’enfants et les mamans de certains de ces enfants ont eu lieu tout au long de ces 10 mois.

VISITE À DOMICILE

Depuis 2020, DSF organise des visites à domicile pour les familles d’enfants avec des troubles sévères du développement et pour les familles de réfugiés en souffrance suite à la guerre du Haut-Karabagh.