• 2 rue Ambroise Paré, 75010 Paris
  • +(33) 01 48 78 38 42
  • Lun-ven :  9h00-18h00  
  • dsf.france@douleurs.org
La mission de DSF depuis 1996

Implantée au Mozambique depuis 1996, Douleurs Sans Frontières (DSF) a développé plusieurs programmes visant l’amélioration de la prise en charge de la douleur, des symptômes de fin de vie et de la souffrance des populations. DSF a également travaillé avec succès en partenariat avec les institutions gouvernementales (MISAU, DSCM, DPS, SDSMAS) et les acteurs de la société civile (ANEMO, MOPCA, AMED, Associations communautaires) pour le développement et la reconnaissance des soins de la douleur et des soins palliatifs par le système national de santé (SNS).

En 2007, dans le cadre d’un partenariat avec le ministère de la Santé (MISAU), DSF a aidé l’Hôpital Central de Maputo (HCM) à mettre en place une unité de la douleur (UdD). Grâce à l’engagement des professionnels de la santé et du gouvernement en général, l’UdD de l’HCM est maintenant autonome et constitue l’unité de référence en matière de Douleur, elle est responsable des consultations de la douleur au niveau national. En soutenant l’émergence de l’UdD de l’HCM, DSF a noué d’autres partenariats importants durant ses précédents projets, avec notamment l’Association mozambicaine de soins palliatifs (MOPCA) et l’Association mozambicaine d’études sur la douleur (AMED).

Depuis 2009, DSF a mis en place un système de soins à domicile intégrés (SDI) et de prise en charge (PEC) de la douleur pour les patients dans les districts de Chibuto, Xai-Xai, Limpopo, Guijá, Chókwè et Massingir, situés dans la province de Gaza. Des consultations sur la douleur ont également été créées aux hôpitaux de Xai-Xai, Chibuto, Chicumbane, Chókwè — et au centre de santé de Massingir. Ainsi, plus de 23 089 patients ont été suivis pendant cette période, 78 % sont des femmes et 85 % d’entre elles sont infectées par le virus du VIH/SIDA.
Au regard de la réussite du projet mis en œuvre dans la province de Gaza et de l’importance des soins fournies aux bénéficiaires, DSF a étendu ses activités dans les districts ruraux du nord de la province de Maputo, où les besoins sont tout aussi prioritaires. En effet, la région de Magude est déficitaire en médecins (1 pour 6000 habitants) et les centres de Santé de base ne couvrent pas toutes les zones rurales, obligeant les patients à parcourir plusieurs dizaines de kilomètres pour atteindre le premier centre de santé, où ils ne reçoivent généralement que des soins de bases, pas forcément adaptés à leurs pathologies.

Au vu du succès des Consultations douleur (CdD) déjà créées dans la province de Gaza, DSF a mis en place un projet visant à soutenir l’initiative du gouvernement d’ouvrir une CdD dans l’hôpital de référence des districts ciblés (hôpital rural de Xinavane). Ce besoin a été identifié avec l’UdD de l’HCM et a ensuite été souligné par la direction de cet hôpital, qui mettra en place les conditions nécessaires à la conduite des travaux. Les besoins en formation des professionnels du SNS en PEC et SP sont définis avec l’UdD de l’HCM. Il s’agit de l’unité de référence au niveau national et elle est impliquée dans l’organisation avec DSF des formations et des stages au sein de son service à Maputo.
En 2019, DSF s’est associé à l’AMDEC (Association mozambicaine de développement concerté) pour pouvoir mettre en place ce projet. La plupart des activités de l’AMDEC sont destinées aux personnes vivant avec le VIH/SIDA, qui constitue le public le plus large ciblé par les activités mises en œuvre par DSF. AMDEC mène des projets dans les régions de Magude et Manhiça depuis quelques années. De son expérience avec ce public cible, AMDEC a examiné les problèmes de prévention vis-à-vis du VIH/SIDA, d’adhésion continue au traitement antirétroviral, ainsi que de nutrition via des visites à domicile et des interventions directes aux centres de santé. DSF souhaite compléter les activités de santé de l’AMDEC en proposant des soins sur la douleur et des soins palliatifs pour le même groupe de bénéficiaires.

DSF Mozambique en quelques chiffres

  En 2019 :

    • 304 911 € de budget
    • 18 289 bénéficiaires 
    • 4 381 patients atteints de maladies chroniques
    • 1630 patients suivis à domicile
    • 2751 consultations douleur réalisées
    • 40 professionnels de la santé formés à la douleur et aux soins palliatifs
    • 3 868 personnes sensibilisées

  En 2018 :

    • 256 587 € de budget
    • 26 564 bénéficiaires
    • 4014 patients atteints de maladies chroniques, dont le VIH/SIDA.
    • 1 949 patients suivis à domicile
    • 55 978 visites de soins à domicile intégrés
    • 191 patients recevant un soutien psychosocial
    • 680 trousses de médicaments distribuées aux agents communautaires et aux consultations