Le handicap

C'est quoi le handicap ?

C’est quoi le handicap ?

La vision du handicap reste aujourd’hui très stigmatisée. Il n’existe pas de définition univoque.

Selon l’INPES, le handicap se définit comme « toute limitation d’activité ou restriction de participation à la vie en société » subie, dans son environnement, par une personne ; et ce pour quelque raison que ce soit. On retrouve 3 dimensions essentielles :

  • Celle des fonctions physiques ou mentales et structures anatomiques, lesquelles se situent au plus près des organes ;
  • Celle des activités, dont la limitation désigne les difficultés de réalisation des actes concrets, plus ou moins complexes ;
  • Celle de la participation sociale, dont les restrictions entravent l’implication d’une personne dans la société.

Les différents types de handicap

Le handicap mental (déficience intellectuelle)

Selon l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé), il se traduit comme « un arrêt du développement mental ou un développement mental incomplet, caractérisé par une insuffisance des facultés et du niveau global d’intelligence, notamment au niveau des fonctions cognitives, du langage, de la motricité et des performances sociales ».

On distingue plusieurs causes relatives au handicap mental :

à la conception (maladies génétiques, aberrations chromosomiques – trisomie, syndrome de l’X fragile –, incompatibilité sanguine…) ;
pendant la grossesse (radiation ionisante, virus, médicaments, parasites, alcool, tabac…) ;
à la naissance (souffrance cérébrale du nouveau-né, prématurité…) ;
après la naissance (maladies infectieuses, virales ou métaboliques, intoxications, traumatismes crâniens, accidents du travail ou de la route, noyades, asphyxies…).

La trisomie 21 est un des handicaps mentaux le plus connu. On compte environ 50 000 à 60 000 personnes touchés par cette maladie en France et 1000 nouveaux cas chaque année.

Le handicap moteur (déficience motrice)

Un handicap moteur (ou déficience motrice) recouvre l’ensemble des troubles (troubles de la dextérité, paralysie, …) pouvant entraîner une atteinte partielle ou totale de la motricité, notamment des membres supérieurs et/ou inférieurs (difficultés pour se déplacer, conserver ou changer une position, prendre et manipuler, effectuer certains gestes). Les causes peuvent être très variées : maladie acquise ou génétique, malformation congénitale, traumatisme dû à un accident, vieillissement… Quelques chiffres, 5% de la population française adulte est atteinte de troubles moteurs isolés, soit environ 850 000 personnes.

Le handicap psychique

Cette notion relève de la loi du 11 février 2005, dite loi du handicap où l’on va distinguer du handicap mental, le handicap psychique secondaire à la maladie psychique et dont la cause reste inconnue contrairement au handicap mental où les causes sont identifiables.

Ces troubles concernent principalement la vie relationnelle, la communication et le comportement. Autisme, schizophrénie, troubles obsessionnels compulsifs. sont autant de troubles à distinguer des déficiences intellectuelles, tant pour rendre compte spécifiquement du vécu des personnes que pour définir les soins et l’accompagnement spécifique dont elles doivent bénéficier. Mais les structures d’accueil restent insuffisamment nombreuses.

Source : INPES, CCAH