• 2 rue Ambroise Paré, 75010 Paris
  • +(33) 01 48 78 38 42
  • Lun-ven :  9h00-18h00  
  • dsf.france@douleurs.org

Activités en cours

Projet d’amélioration de l’accès aux soins et de la qualité de vie des personnes souffrant de maladies chroniques, et particulièrement du VIH/SIDA dans les provinces de Gaza et de Sofala

DSF a débuté un partenariat avec une association locale, l’AMDEC (Association Mozambicaine de Développement Concerté), pour mettre en place un réseau de soins à domicile intégrés (sensibilisation VIH, SSR, Appui psychosocial, soins infirmiers de base, prise en charge de la douleur et soins palliatifs) dans le nord de la Province de Maputo. Ainsi, 48 Agents Communautaires de Santé ont été formés durant une semaine par nos équipes afin de mettre en place dès juin les premiers soins à domicile intégrés.

En juin, une seconde équipe sera recrutée (30 Agents Communautaires de Santé) dans la province de Sofala (ville de Beira), afin de prendre en charge au domicile des patients VIH à un stade avancé, référencés par les équipes de MSF Belgique.  

Projet de construction de deux salles de consultations douleurs dans la province de Gaza

Deux nouvelles Consultations de la Douleur ont été construites entre l’année 2020 et l’année 2021 dans la province de Gaza. Une dans l’Hôpital Rural de la ville de Chokwé et une dans le Centre de Santé de la ville de Massingir. Celles-ci sont entrées en fonctionnement en mai 2021 et commencent à prendre en charge des patients souffrants de douleur. Nos associations locales partenaires assurent ainsi un suivi au domicile des patients mais aussi peuvent référencer des patients souffrants aux nouvelles consultations douleurs.

Projet de mise en place d’activités génératrices de revenus pour 4 associations locales de la province de Gaza

L’Afrique Australe est en passe de tomber dans une insécurité alimentaire sans précédent selon le PAM[1]. En zone rurale, où l’agriculture reste la principale source de revenus du pays pour 80% de la population, celle-ci subit de plein fouet l’impact du réchauffement climatique (sécheresses, inondations, cyclones) sur les cultures. Ainsi, beaucoup de femmes travaillant dans des petites exploitations vivrières voient d’année en année leur rendement agricole diminuer. Les produits de base sont alors importés mais trop chers pour les populations locales qui peinent à se nourrir.  L’agriculture au Mozambique est principalement pluviale, avec une production et une productivité très faibles des principales cultures vivrières, par rapport aux autres pays africains, et les pertes post-récolte sont estimées à 30 %.  Au Mozambique, 24 % des ménages sont en situation d’insécurité alimentaire et il existe un niveau extrêmement élevé de sous-nutrition chronique (43 %) qui touche près d’un enfant de moins de cinq ans sur deux, ce qui constitue l’une des principales préoccupations du gouvernement en matière de développement (FAO -2016[2]).

L’épidémie de Covid-19 a aussi considérablement impacté l’économie locale. Depuis avril 2020, les frontières terrestres sont fermées, freinant ainsi les importations. Cette situation a provoqué une augmentation des prix des produits de première nécessité et cela pour un temps indéterminé. La population étant déjà très vulnérable, les conditions de vie, déjà précaires, sont fortement impactées par cette situation qui a engendré une détresse alimentaire pour les populations rurales des districts cibles, notamment chez les patients atteints de VIH/SIDA. Bien que le traitement TARV soit gratuit, s’il est pris à jeun, les effets secondaires sont très forts et cela peut nuire à l’adhésion au traitement. Beaucoup de patients ne le prennent pas correctement ou l’arrête en raison du manque de nourriture.  C’est la principale difficulté rencontrée par les Agents Communautaires de Santé (ACS) sur le terrain. Le Département Provincial de Santé (DPS) recommande également aux ONGs de fournir des kits nutritifs aux patients les plus vulnérables et en situation d’insécurité alimentaire. Ainsi, la pandémie de Coronavirus pourrait être la source de nouvelles barrières socio-économiques à l’adhésion continue du TAR par les PVVIH.

 

Le système des Soins à Domicile Intégrés (SDI) dans la province de Gaza a été mis en place grâce à un partenariat avec six associations communautaires agissant dans six districts de la province, comptant 80 Agents Communautaires de Santé ACS dont 90% sont des femmes à 70% séropositives. Celles-ci prodiguent des soins à domicile intégrés : prévention VIH/SIDA, soins primaires, soins de prise en charge de la douleur, appui psychosocial et soins palliatifs pour des patients atteints de maladies chroniques (80% VIH, cancers, etc.)

 

Ainsi, DSF met en place pour 4 associations locales des activités génératrices de revenus (AGRs) qui proposeront un renforcement des capacités de production agricole via la formation et l’accompagnement en agroécologie des membres des associations sélectionnées. Les formations commencent fin mai et finiront mi juin. Un suivi technique sera assuré jusqu’à la fin de l’année 2021.

Les populations locales vulnérables vont pouvoir améliorer leur santé et leur alimentation grâce à l’accès aux connaissances et aptitudes nécessaires pour cultiver de façon durable (agroécologie) et résiliente (face aux effets du changement climatique), des quantités suffisantes et variées d’aliments et de combinaisons alimentaires. Les associations fourniront aussi un panier d’aliments mensuels aux patients bénéficiaires des SDI les plus vulnérables et en situation d’insécurité alimentaire.

[1] https://news.un.org/fr/story/2020/01/1059932

[2] http://www.fao.org/3/a-br891e.pdf

DSF Mozambique en quelques chiffres

  En 2019 :

    • 304 911 € de budget
    • 18 289 bénéficiaires 
    • 4 381 patients atteints de maladies chroniques
    • 1630 patients suivis à domicile
    • 2751 consultations douleur réalisées
    • 40 professionnels de la santé formés à la douleur et aux soins palliatifs
    • 3 868 personnes sensibilisées

  En 2018 :

    • 256 587 € de budget
    • 26 564 bénéficiaires
    • 4014 patients atteints de maladies chroniques, dont le VIH/SIDA.
    • 1 949 patients suivis à domicile
    • 55 978 visites de soins à domicile intégrés
    • 191 patients recevant un soutien psychosocial
    • 680 trousses de médicaments distribuées aux agents communautaires et aux consultations