• 2 rue Ambroise Paré, 75010 Paris
  • +(33) 01 48 78 38 42
  • Lun-ven :  9h00-18h00  
  • dsf.france@douleurs.org

Développement du Centre National de Lutte contre la Douleur (CNLD) – Antananarivo

 

Créé par DSF en 2015 et situé dans l’hôpital Centre Hospitalier Universitaire Joseph Ravoahangy Andrianavalona, le CNLD est composé d’une équipe pluridisciplinaire de médecins, paramédicaux et assistantes sociales. Les activités déployées par le CNLD se réalisent tant en intra-hospitalier qu’au domicile de patients douloureux et/ou en fin de vie.

Les activités qui y sont menées y sont notamment :

• Consultations douleur en externe, menées par notre équipe et proposant une prise en charge médicale adaptée aux besoins du patient.

• Équipe mobile en intra hospitalier, visant à accompagner les professionnels de santé des différents services, dans l’évaluation et la prise en charge de la douleur, directement au lit du patient.

• Écoutes psychosociales, destinées au patient et/ou à son entourage direct, lorsqu’une souffrance est détectée.

• Suivi des délivrances d’antalgiques de palier 3 de l’OMS

• Accompagnement des professionnels de santé et du social des établissements partenaires.

 

Développement des unités de lutte contre la douleur en province – Toamasina et Mahajanga

 

Depuis 2015, dans les régions Atsinanana et Boeny, un travail de renforcement a été effectué dans les CHUs, tant en termes de ressources humaines que d’approfondissement des connaissances des équipes, auprès des professionnels de santé des CHUs d’intervention de Toamasina et de Mahajanga avec deux unités antidouleur opérationnelle.

 

Développement des techniques non-médicamenteuses

Efficaces et souvent peu onéreuses, les techniques non-médicamenteuses permettent aux patients de bénéficier de moyens antalgiques, pour prévenir les douleurs induites ou lors de douleurs chroniques. Ces techniques sont utilisées seules ou en complément de traitements antalgiques.

3 techniques ont été exploitées cette année : l’hypnose, la distraction et la neurostimulation électrique transcutanée (TENS).

En 2019, en prolongement des projets précédents s’ouvre une troisième phase axée sur le renforcement des capacités se terminant en 2022, avec à terme l’ambition de laisser une entière autonomie aux acteurs de santé du pays sur la prise en charge de la douleur et des soins palliatifs.

DSF Madagascar en quelques chiffres

  En 2019 :

    • 124 985 € de budget
    • 724 bénéficiaires dont 53 % sont des femmes
    • 298 enfants pris en charge soit 41 % des bénéficiaires
    • 1530 consultations menées
    • 13 formations dispensées

  En 2018 :

    • 234 202 € de budget
    • 835 patients bénéficiaires pris en charge
    • 276 enfants pris en charge dans les bénéficiaires
    • 1562 consultations
    • 46 formations dispensées
    • 57 personnes sensibilisées