APPEL AUX DONS POUR HAÏTI

Samedi 14 août, vers 8h30 heure locale (14h30 heure de Paris) un séisme de magnitude 7,2 a touché le sud-ouest d’Haïti, causant des dégâts considérables. De nombreuses structures hospitalières ont été détruites, et celles qui restent en fonctionnement sont très fragiles. C’est pourquoi Douleurs Sans Frontières lance aujourd’hui un appel aux dons, afin de pouvoir mettre son expertise dans le domaine de la douleur, de la prise en charge psychosociale et des soins palliatifs au profit des personnes affectées par cette catastrophe.

Une situation critique suite au séisme

Les derniers bilans font état de plus de 2200 morts et 12 200 blessés, des chiffres susceptibles d’évoluer alors que de nombreuses personnes restent disparues. 130 000 maisons ont également été détruites ou endommagées, laissant de nombreuses personnes sans abri. Par ailleurs, au moins 600 000 personnes ont besoin d’une aide d’urgence.

Bien que les dégâts soient moins importants que ceux observés après le séisme de 2010 (pour rappel, celui-ci avait détruit la capitale Port-au-Prince et plusieurs villes de province, entraînant la mort de plus de 200 000 personnes, tandis qu’1 million et demi d’Haïtiens s’étaient retrouvés sans logis), c’est un nouveau choc pour un pays déjà affecté par de multiples crises, à commencer par la violence des gangs, qui terrorisent la population et ont entraîné le déplacement de 19 000 personnes, mais aussi l’assassinat du président Jovenel Moïse il y a à peine un mois, sur lequel l’enquête progresse difficilement.

Plusieurs hôpitaux ont été détruits, et ceux qui continuent de fonctionner sont totalement dépassés, manquant de personnel et de matériel médical. Par conséquent, l’intervention de DSF dans cette situation d’urgence est plus qu’importante pour soutenir le système de santé qui ne peut répondre tout seul aux besoins de la population.

L'action de Douleurs sans frontières

Historique

Douleurs Sans Frontières (DSF) agit en Haïti depuis 2010, suite au séisme qui a frappé le pays. Cette année-là, l’association a aidé le personnel soignant à renforcer ses compétences en matière de prise en charge de la douleur et a accompagné la prise en charge post-traumatique des populations touchées par cette catastrophe. Depuis lors, elle a aidé à la mise en place des unités douleur dans les hôpitaux publiques, dispensé des formations initiales et continues aux professionnels de santé et organisé des actions de sensibilisation et de plaidoyer afin que la prise en charge de la douleur soit reconnue comme un thème majeur de santé publique en Haïti.

Aujourd’hui, comme par le passé, DSF souhaite mettre son expertise dans le domaine de la douleur tant physique que psychologique et sa bonne connaissance du contexte haïtien au service des personnes affectées par la catastrophe et des soignants qui les aident. Une évaluation est en cours pour déterminer des actions les plus pertinentes et les plus utiles pour la population. Néanmoins, l’équipe sur place prévoit déjà la mise en place d’un soutien psychosocial aux personnes affectées, à l’image des activités réalisées il y a quelques mois pour les patients et les soignants touchés par la COVID-19.

Evaluation des besoins et action d’urgence

Dans le cadre de cette urgence, une mission d’évaluation des besoins a été réalisée par DSF dans le département du Sud auprès des principales institutions sanitaires ayant été appelées à prendre en charge les patients polytraumatises victimes du séisme. Cette évaluation a permis de confirmer les besoins existants en matière de détresse émotionnelle et de stress expérimentés par les habitants, ainsi que les enjeux multiples en matière de prise en charge de la douleur véhiculés par les soins prodigués aux blessés. En effet, la souffrance morale et la douleur, trop souvent négligées par les soignants en Haiti, demeurent des dimensions incontournables sur lesquelles travailler aussi en contexte d’urgence. 

Cela a amené DSF à structurer une intervention visant tout d’abord à assurer un accompagnement psychologique aux populations victimes du séisme, afin d’offrir des espaces de prise en charge individuelle et en groupe. L’objectif étant de favoriser le partage d’expériences douloureuses, la libération de la parole afin de diminuer les sentiments de solitude et souffrance expérimentées face à la catastrophe et à ce qu’elle est susceptible d’engendrer (pertes matérielles, deuils, séparations, choc, stress, etc.). Travailler sur le trauma récent – afin de prévenir l’instauration de syndromes de stress post-traumatiques ou de formes de somatisation – nous rappelle l’importance d’une correcte identification et prise en charge de la douleur, en particulier chez les personnes blessées, ce qui rejoint le deuxième volet de notre intervention. Un travail de sensibilisation autour de la douleur ainsi que d’accompagnement sur les bonnes pratiques de prise en charge auprès des soignants au chevet des patients polytraumatisés permettant de diminuer la souffrance des malades, tout en prévenant le plus possible l’évolution de douleurs aigues en douleurs chroniques.

Notre stratégie à court et à moyen terme

Afin de répondre aux besoins partiels identifiés suite à l’évaluation menée par DSF et les évaluations du Ministère de la Santé publique et de la Population, conjointement avec la protection civile et les agences onusiennes en matière de santé mentale et d’assistance psycho-sociale ainsi qu’en soins de santé, Douleurs Sans Frontières s’engage dans des actions de solidarité et de soutien à la population victime de traumatisme, physique et/ou psychologique.

Notre stratégie d’intervention propose :

    • Un appui psychologique aux communautés affectées ;
    • Un appui et des formations aux professionnels de la santé afin d’assurer un accompagnement des pratiques de prise en charge de la douleur pour l’amélioration de la condition des patients polytraumatisés et la prévention de la douleur induite et chronique.

Cette intervention est prévue pour un mois du 06 septembre au 05 octobre 2021. Un projet à moyen terme est en cours de préparation pour continuer à répondre aux besoins de la population.

Mais pour que ces actions soient possibles, nous avons besoin de votre aide. Ainsi, nous faisons appel à vous aujourd’hui. Aidez-nous à soutenir les patients et soignants haïtiens en faisant un don.