Notre fonctionnement

DSF développe des projets par la construction de partenariats avec les acteurs locaux aptes à assurer la pérennité des actions engagées et à prendre en compte les besoins et les attentes des populations les plus vulnérables (enfants, personnes en situation de handicap, populations en situation de précarité, d’exclusion sociale, etc.). Les actions s’inscrivent dans les stratégies nationales de santé des pays avec, comme pierre angulaire, le transfert de compétences.

Ainsi, la stratégie de DSF privilégie les actions à long terme par le renforcement des capacités et l’appui aux acteurs de santé institutionnels et de la société civile. Les approches choisies, tout en s’adaptant aux divers acteurs et contextes, visent le renforcement des espaces de coordination et de concertation entre acteurs, la prise en charge de la douleur ne pouvant être effective et pérenne sans dynamique collective.

Cette approche pluridisciplinaire contribue à développer des stratégies de santé centrées sur les patients, améliorant l’accès, la prise en charge et la qualité des soins.

Le siège social de DSF se situe dans les locaux de l’Hôpital Lariboisière, Assistance Publique – Hôpitaux de Paris, qui héberge gracieusement l’ONG. Le siège compte quatre salariés permanents, des stagiaires et des bénévoles pour la gestion et le suivi opérationnel des actions.

Les membres qui composent DSF sont responsables bénévolement d’un programme d’actions d’un des pays d’intervention de l’ONG. Ces dirigeants de l’association sont des professionnels de la santé (médecins, chirurgiens, pédopsychiatres, psychologues, infirmiers). Ces membres-bénévoles élisent un conseil d’administration lors des assemblées générales.

organnigramme

DSF fonctionne avec un réseau de professionnels de la santé, spécialisés dans la prise en charge de la douleur. Chaque programme est dirigé par un médecin ou un pharmacien expatrié ou national. Les équipes qui les composent comptent des volontaires de la solidarité internationale en mission de longue durée et des salariés nationaux issus des sciences humaines, sociales et de la santé pour la coordination des actions.

Les actions sont développées selon une approche pluri et transdisciplinaire mettant en synergie divers professionnels de la santé à savoir : médecins généralistes et spécialistes, infirmiers, pharmaciens, psychologues, psychomotriciens et également les professionnels et acteurs du secteur social (assistants sociaux, éducateurs, psychomotriciens,…)

Les équipes sur le terrain comptent :

  • des volontaires indemnisés en mission de longue durée : de 6 à 12 mois.
  • des volontaires bénévoles en mission de courte durée : d’une durée de 15 jours pour des missions d’expertise de pointe dans le cadre de la formation et de l’appui technique aux différents programmes.
  • des salariés nationaux pour la coordination des actions.

Ces missions d’expatriés sont assurées par des professionnels de la santé expérimentés spécialisés dans le traitement de la douleur. Ils viennent renforcer une équipe en place constituée, formée préalablement à la prise en charge de la douleur , par des stages en France ou sur place, d’une durée de un an ou plus.

Pour chaque pays, trois missions d’évaluation annuelle sont réalisées systématiquement par les membres du Conseil d’Administration afin d’assurer le suivi des missions en cours. Chaque année, on compte une vingtaine de missions qui sont réalisées, ce qui représente 30 à 50 expatriés envoyés en mission par DSF. Les équipes sur le terrain comptent 10 volontaires en mission de longue durée et 91 salariés nationaux pour la coordination des actions.


CONSEIL D’ADMINISTRATION

Catherine Evrard

Jusqu’en 2005, Catherine Evrard est secrétaire médicale au sein de l’unité douleur de l’hôpital Lariboisière. Parallèlement à son poste, elle effectue d’abord ponctuellement quelques tâches administratives pour Douleurs Sans Frontières qu’elle continuera à réaliser plus concrètement à sa retraite. En 2007, Catherine Evrard devient membre du Conseil d’Administration où elle occupe le poste de Secrétaire Générale.

Jean-Marie Farnos 

Anesthésiste-réanimateur de formation, Jean-Marie Farnos choisit d’enrichir ses compétences grâce à une formation sur la prise en charge de la douleur. Il est actuellement praticien hospitalier à temps plein au sein du service réanimation et douleur. Il effectue en 1997 sa première mission en Angola où les personnels locaux recevaient une formation des membres de l’équipe DSF sur les gestes qui atténuent la douleur. Cette mission sera suivie de nombreuses autres dans ce pays et en Haïti.

Michel Fontanille

Photo Michel Fontanille Initialement, Michel Fontanille est pharmacien dans l’industrie pharmaceutique. Durant plusieurs années il occupe différents postes au sein de plusieurs laboratoires français et internationaux tels que l’Institut Pasteur, Fison ou encore Merrell. En 1996, il crée la filiale française des laboratoires Grunenthal dont il assume la présidence jusqu’en 2012. Il devient par la suite bénévole au sein de DSF où il occupe le poste de délégué général. Parallèlement à cela, Michel Fontanille est senior advaiser auprès de la société Rolland Berger.

« Si on veut que le rêve devienne réalité, il faut toujours commencer par rêver. »

Sylvie Kauffman

sylvie kauffmanEn 1987, Sylvie Kauffman rejoint Le Monde comme correspondante à Moscou puis d’autres lieux de l’Europe centrale et orientale et des États-Unis. À son retour à Paris, elle devient progressivement directrice adjointe de la rédaction du quotidien. Elle devient par la suite reporter en Asie et à Singapour. Actuellement, elle travaille comme directrice éditoriale pour le journal le Monde.

 

Gérard Kouchner

photo gérard jouchnerDocteur en médecine de formation, Gérard Kouchner débute sa carrière au sein de l’Hôpital de Ndola (Zambie) où il est chef de clinique dans le service de médecine interne et réanimation. Il crée en 1983 les éditions intertigne (éditions médicales et scientifiques). Au fil des années, il se hisse à la tête du groupe Quotidien Santé où il occupera différents postes. Actuellement, il est directeur de publication du Quotidien du Médecin.

« Une grande leçon : il est essentiel d’écouter le patient, il arrive que lui seul sache que quelque chose ne va pas dans la chaîne de soins. Il faut donc, à tout instant, lui donner la possibilité d’appeler « au secours » parfois par ­dessus ses soignants ».

Jacques Meynadier

Jacques MeynadierMédecin de formation, Jacques Meynadier a été chef du département d’anesthésie réanimation et prise en charge des douleurs chroniques du centre anti-cancereux situé au Centre Oscar Lambret à Lille durant 32 ans.  À la retraite depuis septembre 2007, Jacques Meynadier est l’un des membres fondateurs de DSF en 1996 et a été Trésorier de l’association. Aujourd’hui il est membre du conseil d’administration.

« Point n’est besoin d’espérer pour entreprendre, ni de réussir pour persévérer. »

Guillaume Ier d’Orange-Nassau

Vianney Mourman

Médecin généraliste de formation, Vianney Morman pratique en soins palliatifs depuis une quinzaine d’année. Il possède une expérience en équipe mobile de soins palliatifs et en réseaux de soins palliatifs (à domicile). Par ailleurs, il réalise actuellement un cursus universitaire d’éthique.
Il rejoint DSF il y a 15 ans pour des missions au Mozambique. Depuis il a réalisé des missions, principalement de formation ou d’évaluation, en Arménie, au Cambodge, au Sénégal, au Maroc, en Haïti et à Madagascar
Actuellement, il est membre du conseil d’administration et directeur programme pour le Mozambique.

Je m’engage au sein de DSF depuis 15 ans car je trouve fondamental cette possibilité de transfert de compétences. Mes nombreuses missions au sein de DSF m’ont appris beaucoup de choses. L’échange est dans les deux sens…

Philippe Poulain

Philippe PoulainPhillipe Poulain est anesthésiste/réanimateur de formation. Il se spécialise ensuite dans le traitement de la douleur et la mise en place des soins palliatifs en cancérologie, particulièrement. Il en a fait son  nouveau chaval de bataille et il dirige, actuellement, une Unité de Soins Palliatifs à Tarbes, en Hautes Pyrénées.

C’est l’un des membres fondateurs de douleurs sans Frontières, il est aujourd’hui Vice-Président et responsable des programmes de la mission au Cambodge.

Joëlle Rivoal

Joëlle RivoalJoëlle R. aime partager et rencontrer différentes cultures ainsi que les savoir-faire. Diplômée en 1986, elle devient infirmière Urgentiste. Elle arrête en 1991 pour partir en mission en Irak avec Équilibre, Bosnie avec la Croix Rouge, entre autre.  Le  7 janvier 1997, elle fait sa première mission en Angola. Elle réalise qu’elle aime adapter son savoir et apprendre en échange. Après 30 missions, exploratoires et de formation elle redevient infirmière en France, en EHPAD. Elle s’investit rapidement au conseil d’administration et y apporte une réelle expertise terrain et dans son domaine d’activité.

Depuis ma tendre jeunesse, j’aime voyager et investir dans l’humain.

Gérard Robin

Gérard Robin est pédopsychiatre de formation. Aujourd’hui il est chef du pôle de psychiatrie infanto-juvénile de l’hôpital Maison Blanche, établissement public de santé spécialisé dans la prévention et la prise en charge de la maladie mentale de la population du quart nord-est de Paris. Il découvre DSF à travers une mission d’évaluation en Arménie en 2000. Par la suite il devient directeur des programmes en Arménie et de ce fait membre du conseil d’administration de DSF.

« Ce qui manque ne peut être compté »

l’Ecclésiaste

Alain Serrie

alain serriePrésident et Fondateur de l’association, Alain Serrie est chef du service de médecine de la douleur et médecine palliative à l’hôpital Lariboisière. Il commence sa carrière en tant qu’anesthésiste-réanimateur au sein de cet hôpital. Il mène de nombreuses recherches en France et à l’étranger dans le domaine de la douleur. Il participe au premier enseignement ouvert sur la douleur en France et à la réalisation d’outils pédagogiques. Douleurs sans Frontières est née d’une volonté universalisée la lutte contre la douleur et de procéder à un transfert de compétences entre les pays occidentaux et les pays en voies de développement.

Antoine Vaccaro

Atoine VaccaroTitulaire d’un doctorat de 3 ème cycle sur les  » Sciences des organisations – Gestion des économies non marchandes » , à l’université Paris Dauphine Antoine Vaccaro commence par découvrir le secteur associatif en travaillant dans de grandes organisations non-gouvernementales comme La Fondation de France ou Médecins du Monde avant de créer ses propres agences de conseil spécialisées dans un premier temps dans les levées de fonds.

Il a rencontré Alain Serrie part l’intermédiaire de Bernard Kouchner et, aujourd’hui, il apporte au sein du conseil d’administration son expertise pour le fundraising / la recherche de fond.

« Où sera DSf dans 5 ans? »

Olivier Weber

olivier weber photo Au début de sa carrière de grand reporter, Olivier Weber avait fait le choix de partir en Californie sur les traces de Jack London. Il se lancera ensuite dans le reportage aux Etats-Unis, en Afrique et au Moyen-Orient. Il couvre plusieurs conflits, dont la guerre en Afghanistan, le massacre Tian An Men à Pékin, le Kurdistan, l’Erythrée, le Cambodge, le Sud-Soudan, l’Irak, etc. Il est aujourd’hui écrivain-voyageur et grand reporter.